La pisciculture aujourd’hui

  • Depuis 1905 , trois générations d’éleveurs passionnés se sont succédés pour vous offrir encore aujourd’hui un produit de qualité. La quatrième est actuellement en formation à L’ISETA de Poisy 74.
  • Notre établissement produit environ 80 tonnes de truites dont 65 tonnes de truites arc en ciel portions, 5 tonnes de truite fario , 10 tonnes de grosses arc en ciel.
  • Notre site moyennant investissements : oxygène liquide , plate forme à jet , recyclage d’eau pourrait permettre de produire le double du tonnage actuellement produit voir plus. Cette augmentation de la production se traduirait inévitablement par une baisse de la qualité du poisson ainsi que la qualité de vie de l’éleveur.
  • C’est pourquoi nous sommes pour une agriculture raisonnée qui nous permet de produire un poisson de bonne qualité et en bonne intelligence avec notre environnement exceptionnel.
  • A ce titre lors d’un reportage sur Arte dans l’émission "Au fil de l’eau la Sarre" il a été dit que nous n’utilisions pas d’Antibiotiques ; c’est faux. Nous en utilisons uniquement pour l’alevinage ( Truites de 2 à 20 grammes) et si cela est nécessaire sur prescription vétérinaire.
JPEG - 34.7 ko
Logos
Logo de l’entreprise et de la charte Qualité Lorraine
  • Nous sommes adhérent à la charte de qualité « Salmonidés Origine Lorraine » afin de garantir un produit de qualité dans le respect des bonnes pratiques professionnelles, le respect du produit et respect du consommateur.
  • Notre établissement est membre du GDSAL ( Groupement de Défense Sanitaire Aquacole Lorrain) et vient d’entrer dans un programme de qualification sanitaire Européen qui nous permettra après deux ans d’analyses négatives sur les poissons d’avoir le statut sanitaire Européen.
  • Nous sommes également adhérents à la FLAC ( Filière Lorraine d’Aquaculture Continentale.) , au CIPA ( Comité Interprofessionnel des Produits de l’Aquaculture), a la FFA( Fédération Française de l’Aquaculture.)

SUIVI DE L’ELEVAGE

  • Pour une meilleure qualité et une traçabilité exemplaires, les pisciculteurs sont tenus d’assurer un suivi des lots élevés dans leurs bassins en tenant à jour un registre d’élevage qui peut être contrôlé à tout moment par les services vétérinaires (Direction Départementale de la Protection des Populations de la Moselle). Ce registre permet de connaître précisément l’historique de chaque lot : identification des bassins, alimentation, manipulations effectuées (tri, soin, interventions vétérinaires…), durée de séjour…
  • Des analyses d’eau sont effectuées régulièrement afin de contrôler notre impact sur la rivière.
  • Concernant l’infection virale que nous avons subie courant 2011 , nous avons perdu 37 tonnes de truites et fermé l’exploitation pendant 9 mois. nous sommes pas responsable de l’infection .... Tout les bassins de la pisciculture ont été atteint en 12 heures de temps ce qui amène à penser à une contamination massive par l’eau...
  • Ci-joint le lien du RAPPORT DE L’ENQUETE EPIDEMIOLOGIQUE DE L’ANSES.
  • L’infection virale de 2014 a eu lieu fin avril vraisemblablement par un aigle pêcheur qui a servi de vecteur.Un bassin situé au milieu de la pisciculture tout d’abord été atteint , puis le bassin d’a coté et nous avons réussi à maintenir l’infection dans ces deux bassins. Nous attendons le résultat de l’enquête menée par la DDPP 57 . C’est la raison pour laquelle nous avons couvert l’ensemble de la pisciculture avec des filets ; c’est une protection supplémentaire mais cela n’est pas du 100 % . Les virus de 2011 et 2014 sont différents !!(Même virus SHV mais de souche différente.) Cet épisode nous à conduit une fois de plus à détruire environ 30 tonnes de truites néanmoins bonne pour la consommation. Nous avons fait une opération de don de truites éviscérées qui nous a permis de valoriser 2.5 tonnes de grosses truites. Nous aurions donné bien plus si nous n’avions pas été obligés de les éviscérées....http://www.republicain-lorrain.fr/m...

Nous espérons qu’à l’avenir nous ne subirons plus ces contaminations à répétition et que tout soit fait pour nous prémunir de fléau.

JPEG - 107.2 ko
Bassins d’élevage
A gauche , bassins de stockage ; à droite bassins de grossissement

L’ELEVAGE

Nous commençons l’élevage à partir de l’oeuf embryonné pour les truites Fario et Gold et à partir de truitelles d’environ 2 à 3 grammes pour les truites arc en ciel. Ce choix nous est imposé par la configuration du site car nous ne disposons pas d’une source suffisamment importante permettant de conduire correctement un alevinage complet. Toutes les truitelles ou oeufs entrant sur l’exploitation bénéficient obligatoirement d’un agrément sanitaire Européen afin de garantir une qualité sanitaire irréprochable.

L’élevage d’une truite arc en ciel demande de 14 à 18 mois alors que pour une truite fario,il faut de 22 à 26 mois. Il se déroule de la façon suivante :

  • Fécondation et incubation

La laitance des mâles et les œufs des femelles sont prélevés sur les poissons reproducteurs puis mélangés. Le développement embryonnaire des poissons (phase délicate) se fait dans les incubateurs. Cette période dure environ 1 mois.

  • Eclosion

L’éclosion termine la période d’incubation, débute alors l’alevinage. Les œufs donnent naissance aux alevins que l’on commence à alimenter lorsque leur vésicule vitelline est presque résorbée.

  • Alevinage 1 jours à 4 mois

L’alevinage commence 15 jours après l’éclosion, les poissons pèsent alors entre 0.3 et 0.5 grammes. Ils sont placés dans des auges d’alevinage.Ils vont rester dans ces auges jusqu’à environ 3 à 5 grammes avant d’être placés dans des bassins plus grand.

A partir de 10 grammes, on les appelle des truitelles. Ils atteignent le stade adulte à 250 grammes, dix mois plus tard.

  • Grossissement de 4 à 24 mois

Les truites sont élevées dans des bassins extérieurs. A 14 mois, la truite Arc-en-Ciel pèse 250g, à 20 mois 1 kilo et à 26 mois 2 kilos.

JPEG - 104 ko
Aliments
Différentes tailles d’aliment de l’alevin à la grosse truite

L’ALIMENTATION

Une nourriture extrêmement réglementée :

  • L’alimentation des poissons d’élevage est strictement encadrée et fait l’objet de nombreuses avancées. Ainsi, cette alimentation, qui incorpore des farines et des huiles de poissons pour les espèces omnivores à dominante carnivore, permet de valoriser des espèces non consommées par l’homme et dont les pêcheries sont gérées par quota dans le but de ne pas appauvrir la ressource.
  • D’autre part, les poissons d’élevage sont d’excellents transformateurs de ces farines de poissons dont le rendement est ainsi optimisé. Néanmoins et dans le souci d’assurer la durabilité de l’élevage des poissons, plusieurs programmes de recherche sont en cours (INRA, IFREMER, Universités) pour remplacer partiellement ces farines et ces huiles de poissons par des matières premières végétales tout en maintenant les qualités nutritionnelles et organoleptiques des poissons d’aquaculture. Ces recherches ont déjà permis d’obtenir des résultats exploitables, à la fois dans la substitution des farines et dans celle des huiles de poissons.
  • Notre aliment est garanti sans dioxines et sans OGM ( Moins de 1%) ; nous utilisons la marque Skretting du groupe Nutreco.
  • Nous élevons des poissons carnivores ; c’est une des raisons pour laquelle nous sommes favorables à la réintroduction des farines animales issues de la consommation humaine (Déchets de la transformation de ce que nous consommons.).Bien évidemment une traçabilité incontestable de ces matières premières doit être mise en place.D’autre part , il faut savoir qu’aujourd’hui ces farines sont incinérées et nous pensons que pour la durabilité c’est une hérésie que de brûler ces protéines. Notre pisciculture a nourri par le passé , ses truites avec des déchets d’équarrissage ( Ce qui est bien pire au niveau hygiène et traçabilité que les farines que nous serions susceptibles d’utiliser aujourd’hui.) de sa création en 1905 jusqu’en 1958 (Apparition des aliments sous forme de granulés.) et tout cela sans qu’il y ai des problèmes de santé humaine durant plus de 60 ans.
  • Posez vous la question de savoir avec quel aliment et dans quelles conditions sont élevés les poissons et crustacés produits en dehors de l’Europe et même de la France que l’on retrouve sur nos étals...
  • Actuellement les aliments que nous utilisons contiennent conformément à la législation en vigueur de l’huile de volaille et des farines de sang de porc.

LA FORMATION

Nous accueillons régulièrement des stagiaires de tous horizons , écoles de pisciculture niveau CAP , BEP , BAC PRO , BTS, écoles d’ingénieurs agronomes ou encore des stages découverte niveau 4ème , 3ème. La pisciculture dispose d’un studio tout confort sur place : cuisine intégrée, douche, réfrigérateur , congélateur , télévision et accès Wifi sur demande. Conventions de stages requises obligatoirement.

LES REPORTAGES

De la fécondation à l’assiette ...

Image précédente Image précédente Image suivante Image suivante

Ponte artificielle

Ponte artificielle

Géniteurs fario mâles et femelles en attente d'être pressés